in

La Baule s’engage pour une restauration collective de qualité à travers « Mon restau Responsable »

La restauration collective de la Ville de La Baule-Escoublac vient de s’engager sur la démarche « Mon Restau Responsable ». Franck Louvrier, maire de La Baule, et vice-président du Conseil régional des Pays de la Loire, rappelle qu’il s’était engagé, lors des élections municipales, à reprendre en main la restauration municipale pour proposer une alimentation locale, saine, durable et de qualité. L’objectif est aussi de limiter le gaspillage. Ainsi, un menu unique est désormais servi dans les cantines des écoles de La Baule. Les agents doivent servir de plus petites quantités et les enfants peuvent évidemment se resservir s’ils ont encore faim. À la fin des repas, pour sensibiliser les jeunes au gaspillage, ils doivent aussi peser leurs déchets. Marie Brisset, directrice de la SPL Restauration Presqu’île, ajoute que des « gachimètres » pour le pain et l’eau sont aussi installés.

Bertrand Plouvier, président de la SPL Restauration Presqu’ile, conseiller municipal à La Baule, et délégué communautaire de Cap Atlantique en charge du plan alimentaire de territoire, explique que « Mon Restau Responsable » est une « garantie participative » dédiée à la restauration collective. Pas de note, de label ou de classement, il s’agit plutôt d’une méthode qui vise à impulser une démarche de progrès sur la durée. La démarche Mon Restau Responsable va au-delà du gaspillage alimentaire puisqu’elle concerne quatre axes : le bien-être, l’assiette responsable, les écogestes (dont la thématique du gaspillage alimentaire), et l’engagement social et territorial. La commune a donc complété ses actions identifiées pour réduire le gaspillage alimentaire, avec plusieurs engagements complémentaires portant sur les autres volets.

Les achats auprès des producteurs locaux sont aussi importants puisque la loi impose 30 % d’ingrédient locaux dans les assiettes. Bertrand Plouvier indique que La Baule est au-dessus : « Nous sommes presque à 50 %. Nous voulons développer les circuits courts. Cela permet aussi de réduire les transports et donc l’empreinte carbone. »

Notons que le CPIE Loire Océane accompagne le projet de réduction du gaspillage alimentaire et d’éducation à une alimentation plus responsable. Depuis janvier 2023, plusieurs actions ont été menées : un diagnostic du gaspillage alimentaire, de la production au service, permettant d’identifier les bonnes pratiques comme les points d’amélioration, une visite technique réalisée par un Chef de cuisine engagé dans la démarche Mon Restau Responsable, permettant de conforter les éléments diagnostiqués et de favoriser l’échange de bonnes pratiques et la priorisation collective des actions à mettre en œuvre pour réduire le gaspillage alimentaire.

Franck Louvrier ajoute que cette démarche permet de faire des économies, tout en améliorant la qualité de l’alimentation, car ce sont chaque jour plus de 800 repas qui sont préparés à la cuisine centrale de l’école de Bois Robin, puis consommés sur place ou livrés dans les trois autres écoles publiques de la commune, ainsi qu’au restaurant administratif, au multiaccueil ou encore livrés aux séniors avec le CCAS. La ville étudie également la mise en œuvre d’une tarification équitable et progressive pour les usagers avec même la possibilité, pour les parents, de venir manger au restaurant scolaire.

Écrit par admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le Club de Croisière Croisicais veut faire du lancer de Touline une discipline sportive

Le cinéma Pax du Pouliguen rejoint le réseau Europa Cinemas