Korian initie la démarche « Tous positive care » dans ses maisons de retraite.

Last modified date

La problématique du choix d’une maison de retraite concerne tout le monde : les personnes âgées elles-mêmes, mais aussi leurs enfants ou leurs petits-enfants et à cela s’ajoute la question de la dépendance qui est à nouveau dans l’actualité. Sur la presqu’île, Martine Terrien, directrice de Korian Jardin Atlantique au Pouliguen, et Marie Jouadé, directrice de Korian Les Corallines à La Baule, ont une certaine maîtrise du sujet. L’image des maisons de retraite est souvent négative dans l’opinion publique. On considère que ce sont des métiers difficiles, mais ces deux professionnelles entendent bien combattre ces clichés : « Nous faisons avec nos équipes un métier passionnant, parce que nous sommes au début de l’accompagnement. Nous devons toujours trouver des solutions et nous devons relever de nombreux défis. Notre métier évolue en permanence, avec des nouvelles méthodes, les outils aussi, et nous n’oublions jamais que nous sommes dans l’humain. Les gens nous confient la vie de leurs proches, on touche à l’intime…» Martine Terrien travaille dans ce domaine depuis plus de 25 ans : « Vieillir n’est pas facile, l’entrée en maison de retraite est souvent un non-choix et, dans ce non-choix, on essaie d’être choisi pour la personnalisation de l’accompagnement avec tout ce que l’on peut apporter au projet personnalisé. On part de l’observation, des envies de la personne, des possibles de la personne et de la grille des capacités préservées. Ensuite, on va essayer de bâtir un projet personnalisé autour du résident. Dans ce contexte, ce qui nous motive, c’est évidemment d’apporter notre pierre à l’édifice en faisant en sorte que les choses se passent mieux avec nous que sans nous… » Marie Jouadé ajoute : « Quand on fait ce métier, il faut aimer les gens. Nous avons un savoir-faire, de nombreux outils sont à notre disposition, mais il y a surtout une question de ressenti, car il est essentiel pour nous que les gens se sentent bien dans nos établissements ».

Le soin doit devenir un basique.

Pourtant, on évoque parfois dans les médias des moments difficiles dans les maisons de retraite. Martine Terrien reconnaît qu’il y a quelquefois des situations où il est facile d’extrapoler lorsque l’on n’est pas du métier : « Tous les professionnels sont dans une concentration permanente et dans un esprit de bienveillance, mais il y a toujours un instant qui pourra être saisi : par exemple, on peut présenter les choses d’une certaine façon, on peut titrer un article avec la photo d’un résident en fauteuil roulant face à un mur, mais c’est souvent la personne qui a eu cette liberté d’aller jusqu’au mur et qui se retrouve seule pendant quelques minutes, le temps que l’on vienne l’aider… » Marie Jouadé souligne : « Notre volonté est de toujours faire au mieux et cela nous permet aussi de faire évoluer nos pratiques ». Dans ce contexte, le groupe Korian, à travers la Fondation du Bien vieillir, a initié la démarche « Tous Positive Care » : « On ne parle plus de prise en charge, mais de prendre soin de la personne, car notre valeur ajoutée doit aller au-delà du soin pur. Le soin doit devenir un basique. C’est comme si l’on disait qu’il y a de l’électricité dans nos EHPAD… C’est une évidence, cela doit être la même chose pour la prise en soin » explique Martine Terrien.

Favoriser le lien social.

Concrètement, des initiatives sont prises pour favoriser les échanges. Ainsi, les résidents du Pouliguen peuvent aller déjeuner à La Baule et ceux de La Baule, au Pouliguen : « C’est quelque chose d’essentiel pour favoriser le lien social ». Les responsables des deux établissements utilisent aussi la fameuse méthode Montessori : « Elle était à l’origine destinée aux enfants et elle s’adapte maintenant, par le biais des capacités préservées, aux besoins des personnes âgées ». On s’aperçoit que l’appartenance à un groupe reconnu dans ce domaine permet de bénéficier des derniers outils et des dernières études, mais chaque établissement dispose aussi d’une forte indépendance : « Ce qui est important, c’est la mise en œuvre de tout cela qui fait que notre métier n’est pas un long fleuve tranquille. On travaille aussi avec l’entourage, car on est dans la recherche de l’individualisation. Notre devise est : bienveillance, responsabilité, initiative et transparence ». Autre exemple : « Nous essayons également de trouver des solutions en dehors des médicaments, car les thérapies non médicamenteuses font de plus en plus partie de notre approche globale ». En conclusion, un échange avec Martine Terrien ou Marie Jouadé permet de comprendre pourquoi, avec leurs équipes, elles aiment tant ce métier et l’on est immédiatement rassuré sur la qualité de l’accompagnement de nos aînés.

Korian Les Corallines, 11 avenue des Corallines à La Baule. Tél. 02 51 73 11 11. Courriel : korian.lescorallines@korian.fr

Korian Jardin Atlantique, 8 rue de la Paix au Pouliguen. Tél. 02 40 15 08 89. Courriel : korian.jardinatlantique@korian.fr