lundi , 25 juin 2018

David Bilder – La Baule & Vous devient le nouvel affilié exclusif Christie’s International Real Estate.

David Bilder : « Christie’s est une reconnaissance, mais c’est aussi la manière dont nous avons choisi nos produits, au fur et à mesure du temps, qui a plu à la clientèle. »

Christie’s International Real Estate, leader mondial de l’immobilier de luxe, vient de choisir l’agence David Bilder – La Baule & Vous pour devenir son premier affilié en Bretagne. Selon le fondateur de La Baule & Vous, « La Baule est sans aucun doute l’un des joyaux de la côte française, connue pour son image chic, son magnifique cadre balnéaire et sa péninsule. À l’heure actuelle, 30 % de nos clients sont internationaux, mais il existe une formidable opportunité de développer encore davantage cette clientèle, notamment auprès des acheteurs américains, britanniques, suisses et belges, avec le soutien du réseau mondial de Christie’s International Real Estate ». David Bilder – La Baule & Vous est leader du marché de luxe dans la région avec un portefeuille exceptionnel de villas spacieuses situées au bord de l’eau, d’appartements avec vue sur la mer et de maisons historiques attirant les Parisiens aisés à la recherche d’une résidence secondaire. Dan Conn, directeur général de Christie’s International Real Estate, souligne : « David Bilder – La Baule & Vous a joué un rôle déterminant dans la conduite du marché de l’immobilier de luxe dans la spectaculaire région de La Baule. L’équipe de spécialistes s’intègre bien dans le monde de Christie’s International Real Estate, offrant une connaissance approfondie de la région de La Baule et un service exemplaire et professionnel à leur clientèle ». David Bilder, fondateur de l’agence bauloise, et Helena de Forton, responsable Europe de Christie’s International Real Estate, répondent à nos questions.

La Baule + : La marque Christie’s est mondialement reconnue dans le domaine des enchères, des œuvres d’art et du beau : l’immobilier semblait donc constituer un prolongement logique…

Helena de Forton : Oui. Nous avons des synergies entre les clients qui achètent des œuvres d’art et ceux qui achètent des propriétés, et c’est donc aussi un service additionnel pour les clients de Christie’s. Nous existons depuis trente ans dans le domaine de l’immobilier et nous avons énormément grandi, puisque nous sommes présents dans 145 pays.

Comment se décline la notion de luxe le domaine de l’immobilier ? Parfois, vous pouvez faire un peu peur en apparaissant comme inabordables, que l’on soit acheteur ou vendeur…

David Bilder : À La Baule, on commence à partir de 800 000 euros à peu près. Donc, nous sommes très ouverts. On peut aller évidemment beaucoup plus haut, mais cela dépend de la sectorisation.

H.deF : Dans l’immobilier de luxe, il n’y a pas que des propriétés qui coûtent plusieurs millions de dollars, puisque cela commence à un million de dollars. Mais cela varie selon les régions. D’ailleurs, la plupart de nos affiliés ne font pas que de l’immobilier de luxe. Ils sont tous spécialisés dans le luxe, évidemment, mais ils ont aussi certains agents qui peuvent prendre des biens considérés comme plus ordinaires.

Comment s’opère la sélection d’un bien ? Pouvez-vous refuser un très grand bien qui aurait beaucoup de valeur, simplement parce qu’il serait mal placé ou parce qu’il nécessiterait d’effectuer beaucoup de travaux ?

H.de F. : Nous ne contrôlons pas chaque bien qui arrive chez nos affiliés. Nous avons confiance en eux et chacun choisit les propriétés qu’il a envie de promouvoir.

D.B : Nous sommes très sélectifs dans ce que nous acceptons. Il faut que cela nous plaise, il faut avoir envie de vendre le bien. Nous ne sommes pas devenus Christie’s pour rien, parce qu’effectivement nous sommes très exigeants dans ce que nous choisissons. Cela peut être des produits avec des belles vues, des produits qui sortent du lot parce qu’ils sont différents… Effectivement, je ne vais pas prendre une maison lambda au bord de la voie rapide, ou avec une vue désagréable, car je sais que je n’aurai pas de clients en face, même si le prix est plus bas. Ma clientèle entre dans l’agence parce que nous sommes Christie’s maintenant, mais également parce que cela fait huit ans que nous sommes connus pour sélectionner soigneusement nos produits. Christie’s est une reconnaissance, mais c’est aussi la manière dont nous avons choisi nos produits, au fur et à mesure du temps, qui a plu à la clientèle.

Que représente la France pour Christie’s et pourquoi ce développement à La Baule ?

H.de.F:  La France est déjà très importante pour la maison de vente Christie’s puisque c’est le deuxième marché mondial du luxe, après les États-Unis. Comme vous le savez, notre propriétaire est français (NDLR : François Pinault) et nous avons beaucoup de clients importants qui sont français. Nous avons aussi une maison de vente à Paris. C’est également un pays important pour l’immobilier, nous avons déjà six affiliés, ce qui nous permet de couvrir la plupart des régions. L’année dernière, nous avons ouvert une agence à Annecy pour être proches de la frontière suisse. Ensuite, nous avons une agence à Biarritz, il y a bien sûr Daniel Féau qui est à Paris, nous avons une agence à Bordeaux, une autre sur la Côte d’Azur avec Michaël Zingraf et nous sommes vraiment contents d’être affiliés avec David Bilder, fondateur de La Baule & Vous. La clientèle française est importante, mais nous espérons aussi apporter davantage de clients internationaux à La Baule.

La définition du luxe diffère-t-elle selon les régions ?

H.de.F: C’est une question d’endroit, mais aussi de mentalité. Les clients qui sont à La Baule sont différents de ceux qui vont acheter sur la Côte d’Azur et il est donc certain que le luxe a plusieurs définitions. Cela dépend évidemment de la culture et de la personnalité de chaque personne. Les valeurs sont aussi différentes selon les régions : par exemple, à Londres, une propriété d’un million d’euros n’est pas synonyme de luxe, parce que l’immobilier y est vraiment très cher, alors qu’au Portugal on peut avoir quelque chose de très luxueux pour un million d’euros.

L’inquiétude sécuritaire dans certains pays fait-elle que la demande internationale se concentre davantage vers des pays européens ?

H.de.F: Les gens recherchent la stabilité et toutes les régions stables profitent de cela. On observe, par exemple, une augmentation des prix au Canada, parce que les gens veulent vraiment un cadre stable, avec toutes les incertitudes qu’il y a dans le monde. C’est vraiment quelque chose qui fait monter les prix de l’immobilier. C’est aussi pour cette raison que le Portugal a connu un fort développement récemment. D’ailleurs, le Brexit a affecté le marché anglais, puisque les prix sont retombés au niveau de 2007.

À La Baule, vous annoncez déjà près de 30 % de clients internationaux. Qui sont-ils ?

D.B : Cela dépend des années. Je suis entre 25 et 40 % en fonction de certaines années, avec beaucoup de Suisses, de Belges et aussi des expatriés. Nous avons quelques Anglais, mais pas énormément, et l’avantage d’être un affilié Christie’s est aussi de pouvoir attirer cette clientèle. Pour les Russes, c’est une clientèle plutôt discrète qui pourrait être intéressée par La Baule, alors que la clientèle plus « bling bling » va davantage sur la Côte d’Azur.

Récemment mis en ligne

La qualité marine au service de l’habitat : Art Design Inox ouvre une vitrine à Guérande.

À l’origine, Sébastien Laurent n’imaginait pas travailler dans le domaine de l’habitat. Il y a …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *